Accueil > Actualités > Où sont passées les missions pédagogiques des professeurs documentalistes (...)

Où sont passées les missions pédagogiques des professeurs documentalistes ?

jeudi 14 février 2013, par Bureau de l’APDEN

L’observation des discours de l’Inspection académique, sur les choix des thèmes prioritaires dans les réunions de bassin, tout comme sur la place des professeurs documentalistes dans la mise en place d’événements communs à l’ensemble des acteurs pédagogiques, engage l’ADBEN Versailles à faire part de ses incompréhensions, vis-à-vis de la politique de l’Inspection, en termes de communication et de perspectives.

Le zèle déployé auprès de l’IGEN, spécifique à notre seule académie, donne à voir que l’expérimentation des 3C, Centres de connaissances et de culture, tend à devenir une règle dans l’académie de Versailles. C’est bien ce que la communication institutionnelle a tendu à affirmer lors de la réunion consacrée aux personnes ressources TICE et référents numériques, le mercredi 6 février dernier, à l’occasion du Salon InterTICE organisé à La Défense. Le principe de définition du volet numérique de l’établissement, dans sa globalité, en termes de matériels, de ressources, d’espaces, auprès des élèves, bien sûr, mais aussi des collègues enseignants de discipline, de l’administration, des parents, pose un réel problème quand il s’agit de remettre tout cela entre les mains du professeur documentaliste. De plus, les propos de Marie-France Blanquet, tenus lors d’une conférence destinée aux professeurs documentalistes, dans le cadre d’InterTICE, le jeudi 7 février, renforçaient l’idée de missions essentiellement gestionnaires. Mme Blanquet a minoré l’importance des missions pédagogiques du professeur documentaliste, allant jusqu’à les remettre totalement en question, en refusant les spécificités de compétences info-documentaires qui relèvent de son domaine de compétence et donc de son enseignement.

La légitimation d’un tel discours par notre Inspection nous est totalement incompréhensible, elle semble vouloir ignorer et faire fi des apports des chercheurs en Sciences de l’information et de la communication qui sont le fondement théorique des pratiques documentaires mises en place par les professeurs documentalistes au sein des Centres de documentation et d’information.

Rappelons ainsi que les professeurs documentalistes sont titulaires d’un CAPES, Certificat d’aptitude à l’enseignement du second degré, que la reconnaissance de leurs missions pédagogiques ne leur donne pas vocation, tout fonctionnaires qu’ils soient, à devenir des chefs de service, obérant l’évolution d’un métier en l’inscrivant dans ce qu’il fut à ses débuts il y a 40 ans. Les professeurs documentalistes ne sont pas des documentalistes (comme on l’entend en entreprise) ou des bibliothécaires, mais partagent certaines missions avec ces corps professionnels : les professeurs documentalistes sont aussi en charge d’un domaine d’enseignement, comme il est bien affirmé dans le référentiel de compétences des professeurs. Rappelons que les professeurs documentalistes construisent des enseignements et des progressions pédagogiques, en s’appuyant sur des réflexions didactiques en évolution, parfois seuls, parfois en collaboration avec leurs collègues enseignants de discipline, de la Sixième aux Classes Préparatoires. Rappelons que les professeurs documentalistes ont depuis longtemps pris en compte l’évolution des nouvelles technologies, des médias - malgré l’absence de formations continues satisfaisantes - afin de mettre en place auprès des élèves des apprentissages pratiques et critiques, pour l’usage des nouveaux outils et des nouvelles ressources, contribuant à favoriser au sein des CDI la réussite éducative des élèves.

L’ADBEN Versailles regrette que l’Académie de Versailles néglige ainsi dans la formation continue, l’aspect essentiel de ce métier, à savoir, les compétences pédagogiques des professeurs documentalistes, sur des profils de recrutement variés. Elle regrette également que l’Inspection académique ne mette pas en œuvre une politique de communication suffisante auprès des chefs d’établissement et des autres personnels, visant à mieux faire connaître l’ensemble des missions du professeur documentaliste. Elle relègue souvent la composante pédagogique du métier au profit de l’aspect gestionnaire, tandis que les deux fonctions sont liées et qu’on ne peut pas sérieusement minorer l’un ou l’autre de ces aspects.

L’ADBEN Versailles regrette l’absence de communication, d’échanges, entre les professeurs documentalistes de l’académie, autour d’une réflexion sur les pratiques pédagogiques. Les réunions de bassin, ou l’organisation de journées départementales ou académiques, à l’instar d’autres académies comme celles de Rouen et de Caen, devraient permettre d’ouvrir un débat sur les priorités du rôle pédagogique de notre métier. L’ADBEN de Versailles s’interroge sur le fait que des spécialistes que sont les chercheurs en Sciences de l’information et de la communication et en Sciences de l’Éducation ne sont jamais conviés par l’Inspection à des échanges autour de la didactique et de la mise en œuvre pédagogique.

L’ADBEN Versailles réfléchit à l’organisation d’un séminaire propre à l’académie, pour pallier cette insuffisance actuelle en matière de circulation des savoirs scientifiques. Il convient de prendre en mains nous mêmes l’avenir du métier en débattant de ce que nous voulons qu’il soit. Nombre de jeunes collègues découvrent ainsi, ici, un métier qui ne correspond pas toujours à leurs attentes ou à leur formation de professeurs documentalistes, comme il est encore parfois très difficile, près de 25 ans après la création du Capes, d’intégrer ses missions pédagogiques dans les établissements, avec des perspectives sur lesquelles nous resterons vigilants.

Une représentativité forte se traduisant nécessairement par une adhésion de chacun à l’association, l’engagement personnel est garant d’un mouvement collectif en faveur d’une évolution positive du métier, de notre avenir professionnel, en le construisant, non pas selon les perspectives nationales de la seule inspection mais selon le souci constant de la réussite de tous les élèves, du développement de leurs usages raisonnés, critiques, de la documentation et de l’information.

Partager

Répondre à cet article

2017/03/30

La circulaire de mission parue au Bulletin Officiel du 30 mars 2017

Disponible sur :

http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=114733

2013/07/18

Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation

Disponible sur :

http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=73066